sol argileux
Information diverse

Comment tirer parti d’un sol argileux ?

Souvent difficile à creuser, le sol argileux peut se transformer en un bain de boue, s’il est trop mouillé ou se fissurer, s’il est très sec. Mais, cette caractéristique ne doit pas vous causer de problèmes, il existe plusieurs manières de le rendre utilisable afin d’en tirer parti.

Les spécificités d’un sol argileux

Un sol argileux peut se reconnaître sans pour autant faire appel à des analyses d’expert, il s’agit de démarrer avec un test de boudin. Cette technique se réalise en prenant une motte de terre humide entre les deux mains, que vous allez faire en forme de boudin et sur un dallage, vous le laisserez tomber, s’il reste intact, sachez qu’il est probablement argileux de 30%. De plus, la présence de certains éléments comme le bouton-d’or, le pissenlit, le liseron ou encore le plantain, démontre que la terre contient de l’argile et souvent acidifiée si le test relève la présence d’oseilles et des pâquerettes. Ces caractéristiques sont aussi visibles pendant le printemps où, le sol devient lourd en retenant plus d’eau qui peut même impacter les racines, vous remarquerez qu’il se colle sur les matériels du jardin et sur les chaussures. Mais, l’avantage est qu’il est riche en nutritifs du fait qu’il retient l’eau et tarde à se sécher, c’est pourquoi il est possible d’être rentabilisé grâce à des amendements spécifiques.

Les méthodes pour tirer parti d’une terre argileuse

L’utilisation des matières organiques est le moyen le plus efficace pour rendre un sol argileux utilisable : il est idéal d’y mettre du compost et du fumier de mouton, de cheval ou de vache afin de l’assoupir et de l’améliorer. Vu son caractère d’assèchement lent, le fumier permet de le sécher plus vite, il peut être utilisé tous les trois ans pour une quantité de 3kg par m2, associé du compost de 4kg par m2. Vous devez favoriser la formation d’une bonne qualité d’humus, qui ont la capacité de retenir les éléments minéraux compatibles aux plantes en permettant aux vers de terre et à d’autres, micro-organismes d’être sur place. Le calcaire est un correcteur essentiel d’acidité, il peut améliorer la cohésion entre l’humus et l’argile. En outre, vous pouvez opter pour les engrais verts comme le colza, la luzerne et le fenugrec qui, grâce aux racines puissantes, ils contribuent à atténuer l’argile. Mais, il est important de savoir que l’intervention pour améliorer un sol argileux doit être moyenne, en fonction de la superficie dont vous disposez, utilisez l’équipement adéquat.

Les types de plantes pour un sol argileux

La présence de l’argile peut rendre difficile la culture, c’est pour cela que toutes les plantes ne s’y adaptent pas. Si vous avez un projet d’aménagement d’un jardin, l’idéal est d’utiliser les fleurs comme l’iris, l’hosta, le phlox, la rose trémière, l’aster, le colchique voire la sauge de Jérusalem. Pour les arbustes, le choix est multiple, le laurier sauce, l’oranger, le houx, le groseillier à fleurs… autant de plantations pouvant s’adapter à votre sol. La terre argileuse reçoit également tous les types de légumes dont leurs racines sont limitées à l’exemple de la salade, de la tomate, des aubergines, des haricots, du poivron et des pois. L’essentiel est d’avoir de la culture qui résiste aux différentes caractéristiques de ce type de sol.

 

0saves
If you enjoyed this post, please consider leaving a comment or subscribing to the RSS feed to have future articles delivered to your feed reader.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *